Une pensée n’échappe au néant ou au bavardage que par l’effort, qui la constitue, de résister à l’oubli, à l’inconstance des modes ou des intérêts, aux séductions du moment ou du pouvoir

image_printImprimer
André Comte-Sponville

André Comte-Sponville, en 2014

André Comte-Sponville

Autres citations de André Comte-Sponville | En savoir plus sur l’auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *